Manuel Valls veut « déverrouiller » les 35 heures. Selon lui, on ne peut « aller devant les Français avec les même idées qu’en 1997 ». Le député de l’Essonne propose pour cela de piocher dans le stock fourni par la droite. Belle leçon de modernisme !

35_heures.JPG

Ce propos du candidat au primaire du parti socialiste augure bien mal de ce que peut être cette année pré-présidentielle où la mise en scène des stratégies personnelles risquent d’occulter la nécessaire construction d’un projet de gauche répondant aux attentes des Français.

Il y a assez de monde à droite pour défendre les désidérata patronaux. Certains feraient mieux de se taire plutôt que de continuer à marquer des buts contre le camp de la gauche, le camp de ceux qui travaillent et subissent l’exploitation capitaliste.

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF

Paris, le 3 janvier 2011.