23 JUIN A LA MAISON DU PEUPLE DE MONTAUBAN

Une soixantaine de militants du Front de gauche en Tarn et Garonne a répondu présent. Nombreuses ont été les interventions pour ce féliciter de la manière unitaire d’avoir mené campagne. Concernant les abstentionnistes, un participant dit comprendre ces gens qui ont rejeté le traité constitutionnel en 2005 et voir le traité de Lisbonne au contenu identique rentrer par la fenêtre. Ca sert à quoi de voter ? Unanimité aussi dans l’assemblée pour souligner que le PS a été sanctionné le 7 juin . Plus précisément ses thèses d’accompagnement social du libéralisme, car une telle posture ne représente aucune perspective d’avenir.
D’où aussi cette volonté de construire du neuf à gauche, qui soit en rupture avec cette société de l’argent roi dominée par les marchés financiers. C’est bien une autre société qu’il faut construire. D’où cette volonté du front de gauche de s’élargir et de mettre bout à bout les propositions alternatives pour en faire un projet crédible de changement de société.
C’est à peu près cela qui a été dit ce soir la. Mais aussi , de ne pas mettre cette ambition entre parenthèses pour les futures échéances électorales, à savoir les régionales de 2010. Le PG et gauche unitaire disent dès à présent leurs intentions constituer des listes autonomes pour le 1er tour des régionales. Le PCF n’en est pas la. Ses militants ont dit qu’ils voulaient préparer les régionales dans la dynamique du front de gauche, c'est-à-dire sur un contenu anticapitaliste, avec une volonté d’élargir ce rassemblement sur cette base. Il faut vraiment œuvrer pour que la gauche de transformation devienne majoritaire à gauche, pour rendre l’espoir de changement crédible et possible, ont conclu une majorité de participants.
Une coordination départementale a été mise en place pour travailler sur tous ces objectifs et réfléchir à la mise en place de comités locaux du FRONT de GAUCHE.

DSC_1131.JPG

28 JUIN, FETE DU PCF A CORBARIEU

En cette chaude après-midi, le débat de la fête s’est engagé autour de Maud Jusnel (Gauche unitaire) Yvette Frot ( PG) et Cathy Daguerre (PCF) cette dernière ayant été le numéro de liste du Front de gauche lors des récentes élections européennes.
Maud Jusnel insiste pour que se construise une gauche de rupture, faire en sorte qu’elle soit majoritaire à gauche, pour enfin changer la donne. Elle souhaite que sur des propositions telles l’interdiction des licenciements boursiers, la suppression du bouclier fiscal, une autre répartition des richesses, des cadres unitaires puissent se construire dès à présent.

Yvette Frot considère que le front de gauche est devenu incontournable et insiste pour que nous fassions effort pour faire vivre des comités locaux du front de gauche.

Cathy Daguerre rappelle les 25000 voix gagnées en Midi-Pyrénées. Et pour faire face à l’arrogance de Sarkozy , vu l’illisibilité du PS, une voie pour construire un nouveau projet à gauche est ouverte.

Dans le débat, plusieurs intervenants disent leur confiance en l’avenir de ce rassemblement antilibéral. Certains rappellent les 125 propositions des collectifs antilibéraux des présidentielles et les considèrent toujours comme un bien commun. D’autres disent leur volonté de battre la droite aux régionales, mais ajoutent aussi leur exigence d’affronter toutes les politiques de droite d’où qu’elles viennent. D’autres interviennent sur le programme.
Un agent EDF dit qu’il serait particulièrement utile et identitaire que le front de gauche se prononce par la renationalisation de l’énergie, bien commun de la nation qui ne peut en aucun cas être une marchandise. Quelqu’un dit que le Front de gauche doit aussi devenir l’affaire d’un maximum de citoyens, pas forcément encartés.
Alain Raynal intervient alors à sont tour. Et pose la question : Y a t il dans ce pays, une gauche qui puisse redonner un espoir crédible de changement ? Et d’insister pour que l’on ne fixe pas notre horizon uniquement aux prochaines élections régionales. Pour cela i l propose que l’on prépare pour la rentrée des états généraux de la gauche de transformation.
Prenant la balle au bond Joëlle Greder parle du mouvement social qui se heurte au manque de perspective alternative au capitalisme. D’où dit-elle, la nécessité de construire un projet de société pour redonner envie aux gens qui souffrent de mener bataille. Revenant les uns et les autres sur les élections régionales, il se dessine dans l’assemblée, une volonté, certes d’empêcher la droite de reconquérir les régions, mais aussi de faire des régions, des leviers pour une véritable politique de gauche.
Pour que progresse l’idée d’un changement profond, on ne peut se limiter à une gestion au quotidien des régions fusse-t-elle de gauche. C’est pour une remise en cause du capitalisme, de cette société ou tout est marchandise, que le Front de gauche doit continuer à rassembler et s’élargir.

C’est la son objectif, c’est un besoin d’avenir pour toute la société.

André GREDER