Comme nous le soulignons maintenant depuis plusieurs années, les causes de cette dégradation sont dues au manque de moyens humains et matériels de la SNCF.

Cette entreprise publique dont l’actionnaire unique est l’Etat a supprimé depuis 2002 près de 20 000 emplois de cheminots et envisage d’en supprimer plus de 7000 d’ici 2012. Ces réductions drastiques d’emploi, les réorganisations sans fin au sein de la SNCF se font au nom de la libéralisation du secteur des transports voulue et conduite à marche forcée par Le Président de la République et son gouvernement.

Cette politique a été sévèrement condamnée par nos concitoyens lors des élections régionales des 14 et 21 mars derniers, le message doit être entendu. Le secrétaire d’Etat aux transports D Bussereau doit prendre ses responsabilités afin que le Président de la SNCF sorte de son entêtement et ouvre sans tarder de véritables négociations avec les organisations syndicales de cheminots.

Les vice-présidents communistes invitent les usagers du transport, les citoyens qui sont attachés à la défense et à la promotion des services publics à se mobiliser pour exiger du gouvernement qu’il cesse cette politique conduisant à la casse du fret ferroviaire, à la dégradation du service public de transport de voyageurs, à la suppression massive d’emplois de cheminots.

  • Luc Bourduge, Région Auvergne
  • Jean-paul Pinaud, Région Bourgogne
  • Gérard Lahellec, Région Bretagne
  • Jean-Michel Bodin ,Région Centre
  • Pierre Mathieu, Région Champagne-Ardenne
  • Patrick Hatzig, Région Lorraine
  • Charles Marziani, Région Midi-Pyrénées
  • Pierre Mouraret, Région Basse-Normandie
  • Noël Levillain, Région Haute-Normandie
  • Gilles Bontemps, Région Pays de Loire
  • Daniel Beurdeley, Région Picardie

Le 9 avril 2010