MF : L’ordonnance du tribunal administratif de Toulouse du 9 août 2010 a suspendu le règlement intérieur de la cantine de l’école élémentaire publique pour la rentrée scolaire 2010-2011 de Labastide Saint Pierre. Que s’est-il passé ?




DP : Suite a des impayés importants et afin de moderniser la gestion de la cantine, la municipalité a investi dans un système informatisé pour remplacer les tickets qui étaient jusqu’alors en papier. Et elle en a profité pour modifier le règlement intérieur. Celui-ci était auparavant très souple pour les parents qui pouvaient envoyer leurs enfants à la cantine sans grande difficulté et sans critères d’inscription dans la limite des places disponibles. Le problème que nous avons soulevé avec la FCPE locale, c’est que dans ce nouveau règlement était précisé les points suivants pour inscrire les enfants :

  • 1- Les 2 parents ou le parent responsable, travaillent et ne disposent pas d’une pause déjeuner suffisante (1h30) – (sur présentation d’attestation employeur et demande écrite motivée)
  • 2- Les 2 parents ou le parent responsable, sont en recherche d’emploi (sur présentation d’une inscription ANPE). Etc. …

En cas de sureffectif, il sera demandé aux parents ne répondant pas en critères 1 et 2 de récupérer leurs enfants pendant le temps du repas .




MF : Pourquoi êtes-vous intervenus ?




DP : Nous sommes intervenus plusieurs fois en interpelant la majorité municipale, mais « leur bon sens » nous refusait d’enlever ces critères qui nous semblaient alors discriminatoires, avant que le tribunal administratif de Toulouse donne son ordonnance et nous conforte dans notre démarche. En effet, comment accepter que les enfants dont les parents ne travaillent pas subissent « une double peine » en étant parfois exclus de cantine ? D’autre part, nous savons que beaucoup d’enfants n’ont qu’un seul repas équilibré par jour : le repas à la cantine est donc primordial. De même, nous ne voulions pas que les enfants dont les parents ne travaillent pas soient stigmatisés et nous refusons le principe d’une école et d’une cantine de riches ou de pauvres : nous voulons une école Républicaine. Plusieurs fois, nous avons été raillés sur ces valeurs républicaines d’égalité et de laïcité, mais nous n’avons pas lâché. Tant mieux pour les petits bastidiens ! Certes les communes ont de plus en plus de compétences à assumer du fait du désengagement continu de l’Etat : il faut gérer au mieux mais sans oublier nos responsabilités républicaines d’élu-es.




Cette bataille devrait donner des idées a beaucoup de parents d’élèves, notamment à Montauban qui connaît également depuis le 2 septembre un nouveau système inique de cantine. Elle est d’ailleurs peut-être arrivée jusqu’aux oreilles de l’équipe municipale montalbanaise car sur la 1ère bouture du nouveau règlement, une telle discrimination apparaissait pour l’accès à la cantine des enfants de maternelle. Sur la 2nde, ce point avait miraculeusement disparu… Beaucoup de communes dans le département subissent de plein fouet la politique actuelle, notamment les suppressions de postes dans l’Education Nationale engendrant la surcharge des classes. Toutes les luttes gagnées permettant d’améliorer le bien-être des enfants et du personnel enseignant sont un nouveau pied de nez à cette politique.




Marie FERNANDEZ