...nous nous devons de dire la vérité sur les positions, particulièrement celles du parti socialiste. Car au moment ou nous allons choisir nos députés européens, il ne s'agit pas de se tromper. De fait le PS n'a pas été un farouche défenseur des services publics. Ses votes, ses abandons ont permis à la droite de déployer sa politique de libéralisation.

Les faits qui suivent tentent à le démontrer.

Services publics en Europe quels enjeux et qui votent quoi.

Le projet de privatisation de l’eau et des ordures ménagères sur Montauban, la libéralisation totale de la Poste qui touche nos territoires mobilisent nombre d’élu(e)s de gauche et ……. de droite, à juste titre. Cependant ces politiques de régressions sociales sont impulsées par l’Europe et les gouvernements libéraux. Il est temps de clarifier le positionnement des différents partis politiques au parlement européen. Les élu(e)s du Front de gauche siègeront au groupe européen GUE-GVN (communistes, verts nordiques, socialistes hors PSE) qui a fait connaitre la directive Bolkestein , s’est opposé à TOUTES les directives de libéralisation et à porter le NON au Traité Constitutionnel.

ARGUMENTS :

Le traité de Lisbonne protège les services publics ? Faux

TFUE Art 60
Les États membres s'efforcent de procéder à la libéralisation des services au-delà de la mesure qui est obligatoire en vertu des directives arrêtées en application de l'article 59, paragraphe 1, si leur situation économique générale et la situation du secteur intéressé le leur permettent.
La Commission adresse aux États membres intéressés des recommandations à cet effet.

QUI VOTE QUOI ?

1. Projet de loi ratifiant le Traité de Lisbonne au parlement ( le 7 février 2008):
Les députés ont donné leur feu vert à la ratification du traité de Lisbonne par 336 voix contre 52. Le vote de l’Assemblée nationale a été acquis grâce aux voix de 121 socialistes sur 205. Contrairement au vote de Versailles sur la révision constitutionnelle préalable à la ratification, la majorité des socialistes a suivi la consigne de vote de leur groupe.
Les 18 communistes, 25 socialistes derrière Henri Emmanuelli , Marc DOLEZ, Christine TAUBIRA et neuf souverainistes conduits par Nicolas Dupont-Aignan ont voté contre. Le reste des socialistes, dont Laurent Fabius et Arnaud Montebourg, n’a pas participé au scrutin ou s’est abstenu. Les Verts ont voté POUR (Yves COCHET et François de RUGY) ou se sont abstenus ( Noël Mamère et Martine Billard)

2. Libéralisation totale de La Poste :
La version finale de cette directive, qui prévoit l'ouverture totale du courrier à la concurrence pour 2011, a été votée au Parlement européen le 31 janvier 2008. Le PSE a voté pour avec le PPE (sauf les eurodéputés PS qui ont voté contre avec la GUE et les Verts).

3. Libéralisation de l’énergie (dit troisième paquet énergie):
Le Parlement continue la libéralisation en favorisant une séparation patrimoniale totale le 18 juin 2008 (vote du rapport Eluned Morgan, une député du Labour Party britannique ...). Comme lors des votes précédents, le PPE et la majorité du PSE votent en faveur de cette plus grande libéralisation. Les députés PS français votent contre (à l'exception notable de Vincent Peillon, Robert Navarro et Béatrice Patrie qui ont voté pour), mais les députés Verts, dont Cohn-Bendit et Onesta, votent pour, manifestement par défiance vis-à-vis d'EDF et GDF qui seraient affaiblis par ces mesures. (il faut noter d'ailleurs que les quelques eurodéputés UMP ont voté contre avec les socialistes et les communistes français)

4. Libéralisation de fret et du transport « voyageurs »
Après la mise en concurrence du fret en 2005. Le 25 septembre 2007 au Parlement européen un vote favorable à l'ouverture à la concurrence du trafic international de voyageurs à échéance de 2010. Le texte a été voté grâce à l'accord entre la droite et le PSE, au sein duquel seuls les députés socialistes français ont voté contre. La GUE- GVN a voté contre

Petit Lexique :

PSE (Parti Socialiste Européen) dont fait parti le PS.
PPE (Parti Populaire Européen) dont fait parti l’UMP
Le PDE (Parti Démocrate Européen) dont fait parti le Modem vote en très grande partie comme le PPE !

En conclusion

Il est manifeste que bien souvent les députés socialistes français ne votent pas les privatisations au parlement européen, comme le fait le parti socialiste européen. Pour autant comment peuvent-ils continuer à siéger dans le groupe du PSE qui au final aura aidé la droite européenne à privatiser un à un les services publics en Europe ( Poste, énergie, fret) .
le PS manie ainsi un double langage grave de conséquence pour notre peuple .Lors de chaque privatisation, la Gauche Unie Européenne dans lequel siègent les élus communiste, a présenté une motion de rejet . Sur les 300 députés de gauche, seule une centaine a voté pour le rejet.
La solidarité de groupe entre le PSE et le PS avait déjà amené ce dernier à voter pour la constitution européenne et ensuite de faciliter l'adoption par le congrès Français du traité de Lisbonne.

Nous ne pouvons que condamner cette attitude du PS qui le rend complice des privatisations.