Les autorités politiques de notre pays, imposent à tous les hôpitaux de trouver rapidement un équilibre financier.

Des budgets insuffisants et un système de tarification pervers mis en place par l’équipe Sarkozy et que le gouvernement Hollande n’a pas abrogé,  mettent tous les hôpitaux de France sont dans le rouge.

Ce système de tarification à l’activité, impose aux hôpitaux une course pour que l’activité dans les services augmente. Mais au lieu d’accorder dans ce cas une enveloppe supplémentaire, le tarif des activités hospitalières est revu à la baisse pour éviter une montée des dépenses imputées à la sécurité sociale.

On aboutit ainsi à  creuser un déficit, et ce au nom de l’équilibre des comptes de la sécu .

L’hôpital de Montauban,  avec  une activité en hausse, connait aujourd’hui un   déficit oscillant entre 6 et 9 millions.

L’agence régionale de santé qui est aux ordres  du ministre de la santé lui impose un  plan de retour à l’équilibre.

Au lieu de s’interroger sur les causes du  déficit, nos gouvernants  obligent ainsi  les hôpitaux à rechercher par eux même les solutions

Au lieu d’accorder aux hôpitaux les moyens nécessaires à leur fonctionnement, c’est du côté du personnel que les directions cherchent à faire des économies.

Les communistes dénoncent  cette situation.


Depuis de nombreuses années, les communistes font la proposition d’augmenter les moyens de la sécurité sociale

Car ce n’est pas du côté des dépenses qu’il faut taper, mais  bien dans des recettes nouvelles  qu’il faut chercher la solution

Comme pour les retraites, nous proposons la création d’une cotisation qui serait payée par ceux qui font d’énormes bénéfices sur les marchés financiers. Ces revenus représentent plus de 300 milliards d’euros par an et échappent à toute cotisation sociale

C’est ce courage politique que la gauche au pouvoir devrait avoir et non encourager à rogner les acquis des personnels.

C’est pourquoi, les communistes  sont solidaires de la lutte des personnels de l’hôpital de Montauban

À travers leur lutte engagée cet été, les personnels dont il faut saluer le dévouement, veulent aussi  que les malades soient soignés dans de bonnes conditions. Nous ne pouvons que les encourager à poursuivre dans  cette  voie.

Montauban le 30 aout 2013